Haut de la page

La palette Backtalk d’Urban Decay sur le banc d’essai

Ma dernière revue Urban Decay remonte au début d’année puisque je vous avais présenté en détails la palette Heavy Metals. Il y a des produits que j’adore chez cette marque et d’autres qui ne m’attirent pas et pour tout vous dire, ça a été le cas de la collection « Naked Heat ». Bien sûr, on ne peut pas toujours tout aimer mais cette collection aux sous-tons ultra chauds, n’était vraiment pas faite pour moi. Je vous en ai déjà parlé d’ailleurs ! Ce sont typiquement le genre de teintes vers lesquelles je pourrais me tourner une fois pour constater qu’elles me donnent un air carrément malade… Chacun ses goûts mais trop de teintes orangées tuent les teintes orangées! Lorsque la palette Backtalk d’Urban Decay a été annoncée, j’étais ravie: ENFIN des sous-tons assez froids et une palette qui n’allait pas se retrouver au fond de mes tiroirs ! Aujourd’hui, je viens partager mon avis et des swatches la concernant puisque j’ai eu l’occasion de la tester ces dernières semaines! J’espère que cette revue vous permettra de vous décider quant au fait de craquer… ou non !

Commençons par le premier point qui m’a vraiment choquée: cette palette s’inspire d’une des teintes bestsellers dans la gamme des Vice Lipsticks chez Urban Decay (Backtalk) : un mauve rosé. Elle porte même le même nom que ce dernier. Lorsqu’on l’ouvre pour découvrir les fards qu’elle contient, on a l’impression que l’on va pouvoir réaliser des maquillages à contre courant de tous ces sous-tons chauds que l’on voit actuellement et que la star du show va être le mauve, le prune sous toutes ses formes à la limite. Et bien autant vous dire que si vous vous attendiez à de telles teintes… vous allez être déçues. Lorsqu’on commence à travailler ces fards, on se rend très vite compte que réaliser un maquillage aux sous-tons froids, ça va être Koh Lanta. Tous possèdent un rendu beaucoup plus chaud une fois appliqués. Je ne m’attendais pas du tout à ça… Et autant vous dire que ma première impression n’a pas été bonne parce que je me suis un peu sentie bernée.

A partir de ce moment là, lorsqu’il s’agissait de vous rédiger cette revue, je me suis demandée si ma palette n’avait pas un problème. Alors je me suis dirigée vers le site de Sephora US pour lire les revues des consommateurs. Ah bah autant vous dire que ce n’est pas triste: les avis sont HYPER mitigés. Certaines adorent cette palette mais beaucoup l’ont retournée car ce n’était pas du tout ce qu’elles attendaient (chez Sephora US lorsque l’on est déçue d’un produit on peut le retourner après l’avoir testé et c’est vraiment une option que je trouve TOP), beaucoup se plaignent du manque de pigments, des sous-tons chauds et très orangés, bref, une intense déception ressort de nombreuses revues. Ouf, je n’étais donc pas la seule à avoir ce sentiment.

Pour commencer cette revue, je dois dire que dans l’ensemble, la qualité des fards de cette palette Backtalk est bien bien bieeeeen en deçà de la qualité des fards Urban Decay en général. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais la formulation n’est pas bonne. Les fards sont secs, les mattes sont assez réussis mais les teintes qui se veulent satinés ne laissent même pas transparaître une petite luminosité. Qu’on se le dise: ils sont ternes. La partie Blushes de la palette est plus réussie mais la rangée de 8 fards à paupières me laisse vraiment sur ma faim.

Je vous montre ça, je commence par les fards à paupières :

On commence par 3 Sheets (un nude rosé matte très pâle), Bare (un rose-pêche clair qui se veut satiné, qui ne l’est absolument pas), Curve (un rose que la marque indique comme étant métallique, on repassera) et Backtalk (un « mauve matte » qui s’avère en fait être un pêche foncé). Désolée mais cette teinte Backtalk n’a STRICTEMENT rien à voir avec le rouge à lèvres star de la marque. Dans le pan on peut apercevoir une ressemblance mais une fois qu’on le travaille… Mystère total.

Puis vient Shade (un fuschia framboise qui se veut satiné), Attitude (un rouge cuivré métallique), WTF (un marron matte aux sous-tons rouges) et enfin 180 (un marron foncé aux sous-tons chauds, qui se veut métallique mais … qui ne l’est pas non plus) :

Bare et Curve sont vraiment similaires, lorsqu’on les applique il est presque impossible de faire le distinguo entre les deux : aucun n’est réellement satiné ou métallique.

Shade est un très joli fard, son swatch est prometteur mais lorsqu’on l’applique sur la paupière… Il disparaît. Allez savoir pourquoi.

La vrai star de cette palette c’est définitivement Attitude (mais c’est un fards assez chaud) et il faut l’appliquer au doigt pour obtenir un rendu à la hauteur de ses espérances.

Je trouve ça assez ironique qu’un de ces fards s’appelle WTF car ça illustre assez bien le ressenti de beaucoup face à cette palette. Et ironiquement, c’est le fard le plus pigmenté mais aussi le plus chaud. Pour une palette qui se voulait mauve… C’est quand même le comble.

Le packaging de cette palette est original et je trouve ça chouette que la marque ait essayé de se renouveler en changeant complètement le format : on retrouve ici une palette en deux volets, un avec les fards à paupières, l’autre avec les fards pour les joues et entre les deux rangées s’est glissé un miroir détachable dont on peut se servir pour se maquiller plus facilement. Bon, la palette ne se referme pas toujours correctement mais on va dire que c’est un détail. Il faut vraiment replacer le miroir pile à sa place et le faire glisser un peu pour réussir à la refermer convenablement. Mais je salue l’effort d’imagination et je trouve que le packaging est plutôt joli. On évitera juste de voyager avec car cette palette s’ouvre vraiment facilement : elle ne se « clipse » pas lorsqu’on essaye de la fermer.

Passons aux swatches de la partie pour maquiller les joues:

De gauche à droite voici Cheap Shot (un rose mauve moyen matte), Double Take (Un pêche tirant vers le brique), Low Key (un nude légèrement pêche, satiné dont je ne comprends pas trop l’utilité car même en tant que blush topper il ne ressort pas tant que ça) et Party Foul (un nude rosé scintillant qui est l’highlighter de la palette) :

Cette sélection est tout de même bien plus réussie même si je dois vous avouer que Low Key n’a pas vraiment d’utilité et que Party fool possède des sous-tons assez roses, je préfère les highlighters plus neutres. En tout cas, lorsqu’on les travaille sur le visage, ils ne forment pas de patchs.

Voici le maquillage que j’ai réalisé avec la rangée de fards :

J’ai tout d’abord utilisé Backtalk dans le creux de la paupière, j’ai ensuite opté pour WTF afin d’apporter plus de dimension. En coin externe j’ai ajouté une touche de 180 qui peinait à ressortir et sur la paupière mobile j’ai déposé Attitude au doigt. En coin interne j’ai tout d’abord opté pour Curve mais rien ne ressortait alors j’ai finalement opté pour Party Fool (l’highlighter). En ras-de-cils inférieur, une touche de WTF et au centre une touche du Shade dont il faut deviner la présence.

Alors qu’on soit bien d’accord: je ne pense pas que le rendu de ce maquillage est laid. Loin de là, il est même plutôt joli et j’ai aimé le porter. Mais il n’a strictement rien à avoir avec le rendu que je souhaitais obtenir.

Je pense que dans l’ensemble, ces fards manquent de versatilité : il y a tellement de teintes décevantes qu’il est très difficile de réaliser des looks vraiment différents les uns des autres.
Si vous souhaitiez vous tourner vers cette palette à cause de ses teintes mauves, réfléchissez-y plutôt deux fois qu’une : vous n’y trouverez qu’une harmonie de teintes chaudes.

Je ne peux pas dire que cette palette soit catastrophique (même si j’ai pu lire que pour beaucoup c’est l’une des pires palettes proposées par Urban Decay) mais honnêtement elle n’est même pas bonne. En fait, elle n’est même pas correcte, elle est tout juste passable. C’est dommage, je pensais qu’elle ferait partie de mes coups de coeur parmi les nouveautés de la marque et je pense que vous l’aurez compris mais ce n’est pas le cas… du tout.
Désolée Urban Decay, je t’apprécie toujours beaucoup mais là… Je passe mon tour!

Pour info cette palette arrive d’ici quelques jours, au mois de juin, chez Sephora !

Lien utile : Palette Backtalk – Urban Decay : 52€ d’ici quelques jours par ici.

Alors, dites-moi, est-ce que cette palette vous tentait ?
Et comptez-vous craquer ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager cet article

8 commentaires pour “La palette Backtalk d’Urban Decay sur le banc d’essai”

    Posté par le 27 mai 2018 à 20:08

    Merci beaucoup pour ta revue ! Cette palette me faisait de l’oeil mais après avoir vu tes swatchs et lu ton avis…. j’aurai été très déçue également ! Surtout que je possède déjà ce genre de couleurs.

    Répondre



    Posté par
    Laura Lpe
    le 27 mai 2018 à 20:18

    Quel dommage… La palette me tentait bien dans son packaging, les teintes avaient l’air somptueuses mais l’application change tout… Quelle déception pour un produit de cette marque là..
    Par contre je trouve le packaging super original : il est compact et pratique car on trouve tout en un et même le miroir ! Dommage qu’on ne puisse pas la fermer car c’est sûr que je ne me risquerais à la prendre pour voyager au risque de bousiller la palette !

    Répondre



    Posté par le 27 mai 2018 à 21:01

    C’et super jolie sur les yeux, mais c’est vrai que ça ne ressemble pas du tout à ce qu’il y a dans la palette !
    Gros bisous
    http://lilouuuu.com

    Répondre



    Posté par le 27 mai 2018 à 21:04

    Cette palette me tentait énormément, mais ta revue m’a un peu refroidie… Même si le maquillage est très réussi, on est effectivement loin de ce à quoi on s’attend en voyant la palette ! Pour le coup, même si l’idée d’associer palette yeux et palette de blushes est ingénieuse, je reste sceptique… Cette palette n’est donc pas pour moi !

    Répondre



    Posté par
    Nanou
    le 28 mai 2018 à 15:10

    Hello Laura,

    Bon … cette palette me tentait beaucoup mais là plus du tout …
    Je voulais cette palette pour ses tons violines et sa praticité (fards + blush + highlighter + miroir) qui me paraissait top pour … voyager !
    Mais au vu de ce que tu as dis, mes deux raisons ne sont pas du tout valables… alors tant pis 🙂

    Des Bisous

    Répondre



    Posté par
    Mesenviesfutiles
    le 28 mai 2018 à 17:08

    Hello

    Quel dommage, moi qui avait flashé sur cette palette en voyant les visuels et qui avait hâte qu’elle sorte c est la déception. Comme toi je ne m attendais pas à ça, et vu que je possède la naked heat (que moi j aime beaucoup) je vois encore moins l intérêt de posséder celle-ci. Le maquillage que tu as réalisé est très beau, mais je peux le reproduire sans soucis avec la naked heat. Du coup je passe mon tour et je suis ravi d avoir eu ton avis, ça m évitera une grosse déception.

    Répondre



    Posté par le 29 mai 2018 à 14:17

    Encore des tons chauds. #Lasse, ils manquent de créativité depuis quelques mois non ?

    Répondre



    Posté par le 30 mai 2018 à 11:45

    C’est dommage, cette palette semblait prometteuse et me faisait de l’œil. Heureusement que je suis tombée sur ton avis sinon j’aurais eu l’impression d’avoir jeté mon argent par la fenêtre 🙂

    Répondre



Reagir


 

Powered by Wordpress & Designed by Th2Designer.com